Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Fondation partenariale
Université Pierre et Marie Curie

Chaire de la Fondation UPMC "Mobilité et qualité de vie en milieu urbain"

La pollution chimique et acoustique en milieu urbain est devenue une préoccupation majeure des politiques actuelles de santé et d’environnement.

La chaire "Mobilité et qualité de vie en milieu urbain", créée grâce au mécénat des entreprises PSA Peugeot Citroën et Renault et financée à hauteur de 1.5 M€, est portée par le docteur Laurence Eymard, directrice de l’Observatoire des sciences de l’Univers (OSU) Ecce Terra UPMC/CNRS. La directrice de recherche CNRS est une experte de renommée mondiale en cycle de l’eau et interactions océan-atmosphère.

L’interaction des pollutions atmosphérique et acoustique sur la santé des populations citadines.

La chaire sur la mobilité & qualité de vie en milieu urbain va mesurer les impacts de la pollution par les gaz, les particules et le bruit sur la qualité de vie et la santé des habitants d’une ville. Confrontés à cet enjeu sociétal, les constructeurs automobiles PSA Peugeot Citroën et Renault ont pris toute la mesure de la nécessité de soutenir le projet de recherche en mécénat que l’UPMC mène avec l’Inserm, le Laboratoire Atmosphère, Milieux, Observations Spatiales (LATMOS), l’OSU Ecce Terra l’Institut Jean-le-Rond-d’Alembert et l’Ircam. « En prenant en compte les multiples facteurs de la pollution chimique de l’air mais aussi des sources de pollution non conventionnelles comme le bruit, la chaire semble pouvoir apporter à la notion d’environnement urbain une nouvelle dimension ... » commente Laurence Eymard, titulaire de la chaire.

Une équipe d'experts pluridisciplinaires engagée dans une dynamique de recherche commune

A la tête d'une équipe pluridisciplinaire d'experts en acoustique, en qualité de l'air et en santé, Laurence Eymard anime une communauté scientifique de plus de 1 000 personnes spécialisées dans les sciences du système Terre et de l'environnement, de la biodiversité à la santé, de la Terre profonde à la planétologie et au climat. Régis Marchiano, professeur à l'UPMC, travaille sur la propagation des ondes acoustiques linéaires et non linéaires en milieux complexes à l'Institut Jean le Rond d'Alembert UPMC/CNRS. Nicolas Misdariis est responsable-adjoint de l'équipe « Perception et design sonores » de l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique de l'Ircam. Les recherches de Sébastien Payan, professeur des universités à l'UPMC et chercheur au LATMOS, IPSL/UVSQ/UPMC/IPSL s'articulent autour de plusieurs axes à l'interface entre la physique moléculaire et la physique de l'atmosphère. Côté santé, Isabella Annesi-Maesano, responsable de l'équipe Epidémiologie des maladies allergiques et respiratoires (EPAR, INSERM/UPMC), mène des travaux de recherche sur la compréhension de l'étiologie de la rhinite, l'asthme, la broncho pneumopathie chronique obstructive et identifie les sujets à risque. Annick Clément, professeur de pédiatrie à l'UPMC, dirige le service de pneumologie pédiatrique de l'hôpital Trousseau. Elle anime au niveau européen un groupe de recherche sur les pathologies pulmonaires rares de l'enfant et siège dans de nombreux conseils scientifiques en France et à l'étranger.

Consultez la composition de l'équipe

Des enjeux majeurs pour les entreprises mécènes de cette nouvelle chaire.

 

Sylvain Allano, directeur scientifique et technologies futures de PSA Peugeot Citroen : « le cadre d'une chaire de mécénat nous a semblé particulièrement approprié pour promouvoir des recherches pluridisciplinaires de haut niveau scientifique dans des domaines à forte dimension sociétale, comme ceux de la qualité de l'air et des nuisances sonores. En effet, les résultats de ces recherches devraient contribuer à fournir des bases scientifiques solides et reconnues qui manquent souvent dans les débats sociétaux et environnementaux. »

Rémi Bastien, directeur engineering innovation de Renault : « la société a des attentes fortes pour que la mobilité, qui est à la fois une nécessité et une liberté fondamentale, puisse contribuer à une meilleure qualité de vie, spécialement en milieu urbain. Les formes de mobilités actuelles portent en elles des nuisances de moins en moins acceptables. En tant qu'industriels, nous faisons partie du problème et voulons être acteurs de la solution. La meilleure façon d'y répondre est de coopérer avec des scientifiques pluridisciplinaires de haut niveau et cette nouvelle chaire est pour nous une opportunité unique de préparer des solutions durables et fiables appuyées sur une expertise scientifique approfondie. »

Claire Martin, directrice de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et de la Fondation Renault : « plus les impacts seront compris dans leur complexité, plus les pouvoirs publics et les industriels seront en mesure d'y apporter des réponses pertinentes. Par ailleurs, il est légitime et nécessaire de toujours chercher à mieux analyser la réalité des phénomènes dans leurs dimensions techniques, économiques, sociales, sanitaires... pour formuler vis-à-vis de tous les publics des messages clairs et objectifs ».

22/07/15

Dans cette rubrique

Traductions :
    Un Zeppelin survole Paris pour mesurer la qualité de l’air

    Un ballon dirigeable survolera Paris le 17 juillet 2014, de 11h30 à 13h30, pour effectuer des mesures de qualité de l’air. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la chaire « Mobilité et la qualité de vie en milieu urbain », financée grâce aux mécénats de PSA Peugeot Citroën et Renault et lancée en mars 2014 sous l’égide de la Fondation UPMC.

    » Lire la suite

    Pollution urbaine : l’emprise du milieu

    Avec désormais plus d’un être humain sur deux vivant en ville, l’étude de l’environnement urbain est un enjeu majeur pour notre avenir. Décryptage de la chaire Mobilité et qualité de vie en milieu urbain (MoUVie) par sa titulaire, Laurence Eymard, qui est aussi directrice de l’observatoire des sciences de l’univers Ecce Terra.

    » Lire la suite

    Chiffres clés

    L'UPMC :

    • 34 000 étudiants dont 6 900 étudiants étrangers
    • 10 100 personnels dont 8 400 dans les unités de recherche
    • 18 sites répartis sur 4 régions

    En 2015, l'UPMC conserve une place de choix dans l'ensemble des classements internationaux.