Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Fondation partenariale
Université Pierre et Marie Curie

Le témoin : Hubert Tardieu

Conseiller du président directeur général du groupe Atos, Thierry Breton, Hubert Tardieu décrypte les raisons de l’engagement de son entreprise dans la recherche et l’innovation aux côtés de l’UPMC.

 

Pourquoi Atos choisit de monter cette chaire avec l’UPMC et sa fondation ?

Nous avons souhaité tirer le meilleur parti possible des capacités de recherche de l’UPMC et en particulier du LIP6. Nous avons un grand intérêt pour la voiture connectée pour laquelle nous avons déjà mené de nombreux développements, en particulier avec Renault. C’est donc assez naturellement que nous avons décidé de monter cette chaire avec comme objectif principal de réf échir à ce que serait la voiture connectée du futur.

 

Après 18 mois environ, quels sont les premiers résultats de cette chaire ?

Assez rapidement, nous avons concentré notre attention sur une difficulté importante que nous rencontrons avec la voiture connectée : le coût des télécommunications. Ceci nous a conduit à réfléchir, avec le professeur Giovanni Pau, à la manière dont on pourrait, dans des zones denses, se passer des opérateurs télécoms en utilisant des capacités qui existent. Je pense en particulier aux box Internet. Cela réduirait le coût de connexion de ces futures voitures et surtout cela rendrait les services plus abordables que ce qu’ils sont aujourd’hui.

 

Quelles sont les perspectives de cette chaire à long terme ?

Atos a été, avec Renault, parmi les premiers à détecter le phénomène de la voiture connectée. Ce phénomène a été la vedette absolue du mondial de l’automobile, qui s’est tenu à Paris en octobre 2014. Il est acquis aujourd’hui que la quasi-totalité des voitures fabriquées dans quatre ou cinq ans sera connectée. Ce phénomène est donc extrêmement massif. C’est dans ce domaine et dans celui de la santé que la connectivité devient une donnée si importante.

 

En quoi est-ce valorisant pour Atos de s’associer à l’UPMC ?

Thierry Breton et moi-même sommes convaincus que peu d’universités ont un rang international. L’UPMC étant la première université française, c’est avec l’UPMC que nous avons souhaité nous allier. L’image de l’université et son rapport à l’entreprise ont-ils évolué selon vous ces dernières années ? Il y a incontestablement une très grande évolution. L’université s’ouvre à l’entreprise. Il y a aujourd’hui un réel intérêt, en France et en Europe, de l’université pour l’entreprise et réciproquement.

21/07/15

Le témoin : Hubert Tardieu

Conseiller du président directeur général du groupe Atos, Thierry Breton, Hubert Tardieu décrypte les raisons de l’engagement de son entreprise dans la recherche et l’innovation aux côtés de l’UPMC.

» Lire la suite

Chiffres clés

L'UPMC :

  • 34 000 étudiants dont 6 900 étudiants étrangers
  • 10 100 personnels dont 8 400 dans les unités de recherche
  • 18 sites répartis sur 4 régions

En 2015, l'UPMC conserve une place de choix dans l'ensemble des classements internationaux.