Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
Fondation partenariale
Université Pierre et Marie Curie

66° sentinelles de l’océan Polaire : la fondation UPMC met les donateurs à l’honneur

La fondation UPMC a réuni fin janvier 2016, les donateurs qui ont participé à la première opération de crowdfunding qu’elle a menée avec succès, pour le projet scientifique sur le changement climatique : « 66° sentinelles de l’océan Polaire ».

L’occasion de faire le bilan de cet appel à dons qui va permettre à Hervé Claustre, chercheur à l’observatoire océanologique de Villefranche (LOV, UPMC/CNRS) et à ses équipes, d’amplifier leurs recherches océanographiques et d’acquérir davantage de matériel pour les mener à bien. 

L’étude approfondie des eaux des mers polaires est en effet cruciale pour comprendre les mécanismes liés au changement climatique. Le robot flotteur-profileur est un moyen de mesurer des données dans des conditions extrêmes, dans une zone fortement exposée au changement climatique. Ces nouveaux appareils peuvent rester immergés sous la glace pendant plusieurs mois. Ils prélèvent des données et les transmettent automatiquement lorsque le redoux saisonnier leur permet de remonter à la surface. Au total, plus de 23 000 euros ont été récoltés sur les 20 000 espérés. Un succès incontestable, et un premier robot acheté.

66° sentinelles de l’océan Polaire est la première opération de crowdfunding réalisée en France dans le domaine de la recherche océanographique ; peut-être le début d’une série pour la fondation UPMC. Au total, 171 donateurs en France et aux Etats-Unis se sont mobilisés. Il s’agit pour Jean Chambaz, président de l’université, "d’un projet remarquable qui a pour but de partager la science avec le grand public et de lui en faire comprendre les enjeux". 

"Le crowdfunding offre à la fois la possibilité d’impliquer le grand public, lui faire connaître le travail que nous menons à l’observatoire océanologique de Villefranche (LOV, UPMC/CNRS), et de réunir les fonds pour acquérir le matériel dont nous avons besoin. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la COP 21 et repose sur un objet identifiable par tous : le flotteur, indispensable à la collecte des données sous la glace", analyse Hervé Claustre.

Cette opération a permis à la fondation UPMC de séduire de nouveaux donateurs, "les alumni", explique Mélina Mercier, directrice générale de la fondation UPMC. "Ce type de financement crée une émulation positive permettant de toucher des profils de donateurs extrêmement variés. Nous avons été ainsi agréablement surpris en découvrant de nouveaux bienfaiteurs, notamment des boursiers et leurs parents".

Sacha, l’un des étudiants bénéficiaires des bourses Passeport pour le master financées par la fondation UPMC et Safran en est l’illustration. Vivement intéressé par le projet, il a souhaité rejoindre les 171 donateurs. "C’est une belle aventure, déclare Sacha. Suivre une équipe scientifique, voir la façon dont évolue un projet… voilà ce qui m’a motivé pour participer à ce crowdfunding. Je serai à l’affût de la moindre avancée des travaux des équipes d’Hervé Claustre sur leur site".

 

Pour en savoir plus, sur le site de l'UPMC :

66° sentinelles de l’océan Polaire 

Les bourses Passeport pour le master, fondation UPMC et Safran

 

 

22/02/16

Chiffres clés

L'UPMC :

  • 34 000 étudiants dont 6 900 étudiants étrangers
  • 10 100 personnels dont 8 400 dans les unités de recherche
  • 18 sites répartis sur 4 régions

En 2015, l'UPMC conserve une place de choix dans l'ensemble des classements internationaux.